+32 (0)479 43 57 53    vincent@20CENTRetail.com
DMEXCO a fait du bien
Save the Date

DMEXCO a fait du bien

En raison de la pandémie et de la situation sanitaire actuelle Koelnmesse avait pris la décision de ne pas organiser de manifestations ou événements à Cologne pour ce second semestre 2020. Cette décision a changé beaucoup de plans bien entendu dans différents secteurs. Certains événements postposés étaient d’ailleurs dans mon agenda. Bref, mes derniers mois de 2020 sont bien monotones de ce point de vue. 

Mais heureusement, les Koelnmesse avaient décidé d’organiser deux événements totalement virtuels : Gamescom et DMEXCO. Le premier événement, grand rendez-vous des gamers a attiré plus de deux millions de spectateurs en simultané dans sa version digitale. Alors, lorsqu’il a s’agit de suivre DMEXCO, un de mes salons préférés en termes de contenu, j’avais de grandes attentes. 

 

Des chiffres décents

Du point de vue du contenu, l’édition de cette année a encore une fois livré un programme intéressant et complet. Je ne vais pas rentrer dans le détail des différentes sessions que j’ai suivi. La seule grande tendance que je vous citerai, c’est que tous les experts semblent d’accord pour dire que Tik Tok va encore se développer et offrir des opportunités pour les marques. 

Ensuite, en ce qui concerne les chiffres, ce DMEXCO 2020 n’a pas vraiment à rougir. Certes les 20000 participants de cette année sont inférieur au 38000 de l’an passé. Mais, il y avait sans doute moins d’étudiants présents en ligne ce qui joue sur les chiffres. Et il faut reconnaître qu’attirer autant de professionnels devant leur écran est quand même bien supérieur à ce que l’on pouvait attendre. 

 

My 20/CENT : ça marche et ça fait du bien !

Mais, parlons plutôt de l’expérience digitale très différente d’une visite sur place. J’ai eu la chance de participer à cette édition totalement virtuelle et c’était presque aussi bien que d’aller à Cologne. Bien entendu que ce n’était pas la même sensation qu’une visite en « live », mais par moments j’arrivais à sentir un peu l’atmosphère unique et si familière de DMEXCO

Tout d’abord, la plateforme digitale était très simple d’utilisation. Et il y avait des éléments intéressants

  • Il y avait possibilité d’organiser son agenda, pointer les exposants que l’on souhaitait voir… bref moyen de personnaliser son expérience
  • Lors d’un événement digital, la stabilité du système est primordiale et il est évidemment important de n’avoir aucun bug ou plantage dans le système. Bien entendu c’était le cas. Et je dirais même plus, que dans un sens, passer d’une session à l’autre d’un simple clic était moins fatiguant que de naviguer dans la foule en marchant d’un hall à l’autre. 
  • Mais là où la plateforme digitale était intéressante c’était au niveau des interactions. Il était par exemple possible de discuter via le live chat avec d’autres personnes connectées à une même session. Cela rendait le fait de suivre une présentation plus sympathique et vivant. Également un système de messagerie existait et même de connexion. Ce dernier fonctionnait un peu comme un Linkedin très light en vous offrant la possibilité de vous lier avec d’autres personnes inscrites à l’événement. 

Ensuite question atmosphère, l’organisation s’est efforcée de remplir l’agenda de manière intelligente. Le programme s’étalait sur des plages horaires très larges (jusque passé 21h) ce qui permettait sans doute à des visiteurs situés dans d’autres fuseaux horaires d’être satisfaits. Également dans le programme, il y a eu des sessions plus divertissantes comme du yoga et même un DJ Set pour conclure l’événement. Enfin, il ne faut pas oublier de mentionner que les équipes de DMEXCO ont activement animé les réseaux sociaux biens connus (Linkedin, Twitter, Instagram, etc.) afin de partager l’atmosphère ambiante. Bref, pas mal d’efforts avaient été accomplis afin que les participants puissent vivre l’atmosphère si typique de l’événement. 

Sincèrement, d’un point de vue expérience digitale, c’était presque comme si j’y étais. Mais en même temps, il manque encore ce quelque chose qui fait d’un événement un vrai show. Le contact humain, le face à face, le fait de flâner et découvrir le stand d’une entreprise que l’on n’avait pas mis sur son plan de visite, la communion entre un orateur et son public… tous ces différents éléments manquent lorsque l’on participe à un événement digital. 

En clair, et pour conclure, je dirais que grâce à ce DMEXCO 2020 j’en déduis deux leçons. La première, c’est que les événements et salons peuvent réagir très pro activement et offrir une expérience intéressante et agréable, malgré les circonstances de la crise actuelle. Et la deuxième, c’est que le digital, ne peut remplacer le physique. À mon avis, il est certain que les deux vont coexister dans le futur, et je suis convaincu qu’un hybride naîtra de l’union des deux. Cela sera sans doute un sujet très intéressant à traiter dans un autre article. 

 

DmexcoDmexco 2020DigitalVirtual Events Digital EventMarketingKoelnmesse