+32 (0)479 43 57 53    blog@20100retail.be
Une tomate n'est pas un cd
China VMF 2019

Une tomate n'est pas un cd

Dans le monde du FMCG, il existe beaucoup d’associations qui organisent des activités régulières. Ces réunions sont, bien entendu, agrémentées par l’intervention d’un ou plusieurs orateurs, mais surtout à mes yeux, il s’agit d’opportunités de networking.

L’une de ces associations qui me séduit souvent est le SMA (Sales Management Association), qui lors de ma dernière visite m’a permis d’apprendre à mieux connaître le discounter Trafic. L’orateur n’était autre que le CEO de Trafic lui-même, Thierry Quertinmont. En résumé, Trafic se donne pour mission de vendre en abondance des produits non alimentaires à bas pris, dans des magasins sympas de proximité.

Ce qui fut assez étonnant à mes yeux est qu’à l’heure d’aujourd’hui où beaucoup parlent de la compétition des ventes en lignes pour les magasins de briques et mortier, l’orateur a tenté de démontrer surtout l’importance de l’enjeu de la logistique.

Avec les consommateurs changeants, et la multiplication des acteurs sur le marché, la « supply chain » est un élément clé à contrôler selon Thierry Quertinmont.

Cette logistique est un des deux métiers essentiels d’un distributeur. Et l’exemple le plus marquant pour l’illustrer fut la comparaison de la logistique du frais (une tomate ou un poulet par exemple) comparée à celle de produits non alimentaires, des CD’S par exemple. Dans le frais, le travail est minutieusement décortiqué et presque minuté. Chacun a sa tâche et doit l’effectuer au temps indiqué. Tandis que dans le non alimentaire, la logistique doit encore trop souvent faire face à des soucis de retours d’invendus. Dès lors, la vision de M. Quertinmont est de travailler à la pièce pour le non alimentaire également. Ce qui et ma foi logique.

De très belles illustrations ont suivi dans son discours afin de démontrer la faisabilité de cette vision via les solutions IT, des rayons plus étroits pour ne pas donner une impression de vide aux visiteurs des magasins, etc…

En clair, l’élément à retenir est que la « supply chain » est un enjeu considérable. Toutefois, je me rappelle de conférences où ce défi fut également évoqué pour les ventes en lignes. Et le fait que ces deux canaux, en ligne et physique, doivent contrôler leurs flux et acheminements de marchandises, ne répond pas à la question du moment : quel canal le consommateur va privilégier demain ?

SogesmaSupply ChainSales Management AssociationSmaTraficNetworkingEventRetail